Contact KotoFrançais GenkiEnglish Mayu日本語

Que peut-on voir dans la préfecture de Kanagawa?

Dans la ville de Kamakura

Cette ville, accessible en train depuis Tōkyō est connue pour son grand Bouddha. C'est là que résidait le gouvernement militaire ou bakufu entre les XIIème et XIVème siècles. Vous pourrez y voir plusieurs temples zen, école de bouddhisme plébiscitée par les samurai, et le sanctuaire Tsurugaoka-Hachimangū.

Tsurugaoka-Hachimangū

Tsurugaoka-Hachimangū fut édifié par Minamoto Yoriyoshi en 1063, pour remercier les dieux shintō des guerriers (Hachiman kami) de lui avoir permis de réprimer la rébellion des clans du nord-est et ainsi asseoir la suprématie des Minamoto dans l'est, en 1051. Le sanctuaire se trouvait alors sur la plage de Kamakura.
L'actuel sanctuaire (Wakamiya) est dû à un de ses descendants, devenu chef du clan, Minamoto Yoritomo, qui vint à Kamakura en 1180, pour lever des troupes contre le clan Taira. Le conflit entre Taira et Minamoto s'achève par la victoire des Minamoto et met fin à la période Heian. En 1192, Yoritomo est proclamé shōgun et établit le premier régime de samurai : le shogunat de Kamakura. Kamakura devint le centre politique et économique du Japon et se développa autour du sanctuaire. Tokugawa Ieyasu, fondateur du shogunat d'Edo, finança les réparations des bâtiments du sanctuaire et en fit le sanctuaire de la famille Tokugawa. Le Wakamiya fut restauré en 1624. Le bâtiment principal date de 1828 et représente un exemple typique de l'architecture d'Edo.

Kōtoku-in et le Grand Bouddha

Kōtoku-in appartient à la branche Jōdō-shū, fondée par le moine Hōnen (1133–1212), qui considère que Bouddha sauvera tous les êtres humains, sans distinction de sexe, d'âge ou de condition sociale, et quels qu'aient été ses actes (bons ou mauvais). Il suffit pour cela de réciter quotidiennement le nenbutsu : “Namu Amida Butsu” (Je vénère Amitabha Bouddha et suis ses préceptes.).
Le Grand Bouddha de Kamakura ou Kamakura Daibutsu, est une colossale statue de cuivre à l'image d'Amitabha Bouddha. Il est possible de pénétrer dans la statue, mais la queue d'attente est longue... Désigné trésor national du Japon, il mesure 11,3m de haut et pèse environ 121 tonnes. Il est certes plus petit que le Grand Bouddha du Tōdai-ji de Nara, à l'image du Bouddha Vairochana, mais il a conservé sa forme originelle. D'après les chroniques Azumakagami, la construction de la statue aurait commencé en 1252. D'après les archives Taiheiki et Kamakura-dainikki, il se trouvait dans un bâtiment (Daibutsu-den), qui fut endommagé puis finalement détruit par des typhons en 1334 et 1369, puis un tremblement de terre en 1498. Par la suite, la statue, restée en plein air, subit les affres du temps. Au milieu de la période d'Edo, les fonds fournis par un marchand d'Asakusa permirent de restaurer la statue.

Dans la ville de Hakone

Hakone est très fréquentée par les touristes qui viennent admirer le célèbre Mont Fuji et profiter, par la même occasion, des onsen. Vous pouvez traverser le lac Ashi-no-ko en bateau pirate.

Ōwaku-dani

Ce sont les vestiges du Kami-yama (1 438m), un des cratères formés lors de l'éruption du volcan de Hakone, il y a environ 3 000 ans. Aujourd'hui encore, d'impressionnants jets de vapeur d'eau jaillissent de ce solfatare escarpé. A certains endroits, vous pourrez voir des sources thermales sortir du sol en bouillonnant.
Deux processus sont à l'origine de la formation de la vallée de Ōwaku-dani. Il y a environ 3 100 ans, une éruption phréatique du volcan de Hakone a provoqué un effondrement de terrain sur lequel des sédiments se sont accumulés. Puis, il y a environ 2 900 ans, une coulée pyroclastique de petite envergure s'est produite, donnant naissance au mont Kanmuri-ga-take (1 409m) par accumulation de débris volcaniques. L'actuelle vallée de Ōwaku-dani, autrefois appelée Jigoku-dani, correspond à la zone entre ces deux amoncellements.
Le centre touristique de la vallée de Ōwaku-dani a ensuite été aménagé pour que les visiteurs puissent observer le solfatare. Ce site est aujourd'hui très fréquenté, sauf en cas d'alerte, où il est interdit. La spécialité du site, les œufs durs noirs (kuro-tamago), fait intervenir des réactions chimiques, avec les gaz volcaniques, et des réactions géothermiques. Quand des œufs crus sont mis à bouillir dans un bassin d'eaux thermales, les éléments ferrugineux de l'eau adhèrent à la coquille poreuse, puis réagissent avec l'hydrogène sulfuré pour donner du sulfure de fer, de couleur noire. C'est ainsi que sont obtenus ces œufs durs à la coquille noire dont il est dit qu'en manger un, rallonge de 7 ans l'espérance de vie, en manger 2, la rallonge de 14 ans et en manger 3, vous rendra malade. N'en abusez donc pas, ce n'est pas un élixir d'immortalité...

Lac Ashi-no-ko

Ce lac, qui s'est formé dans une caldeira du volcan de Hakone, est silloné par de nombreux bateaux touristiques. Depuis la rue Suginamiki, vous pourrez admirer, si le temps le permet, le reflet inversé du mont Fuji. Vous pourrez aussi vous relaxer dans l'un des très nombreux ryōkan ou onsen, à proximité du lac.

Au Mont Ōyama

Le Mont Ōyama, qui culmine à 1 252m, était capable, selon les croyances populaires, d'amener la pluie. De nombreuses personnes vinrent donc en pélerinage ici à la période d'Edo (1603-1868). Ces scènes apparaissent sur des estampes en couleur de l'époque (ukiyo-e). L'intérêt du pélerinage réside essentiellement dans le magnifique panorama depuis le sanctuaire Afuri et les magnifiques couleurs d'automne. Le nom du sanctuaire, Afuri-jinja, proviendrait de l'autre nom de la montagne, Amefuri-yama, littéralement la montagne où il pleut. Il aurait été fondé en -97. Vous pourrez aussi voir de nombreuses cascades. En hiver aussi, le pélerinage est possible et vous pourrez alors profiter de l'air pur de la montagne. Enfin, vous pourrez vous délasser au onsen (bain thermal).