Contact KotoFrançais GenkiEnglish Mayu日本語

Que peut-on voir dans la préfecture de Yamagata?

Prêts à affronter les monstres de givre de Zaō ? à grimper les trois monts sacrés de Dewa ? à gravir la montagne rocheuse Hōju-zan, jusqu'au temple Yama-dera ? Après toutes ces aventures, rien de tel qu'un bain dans un onsen et un bon repas pour tester les spécialités locales : cerises, pastèques, poires, mais aussi bœuf de Yonezawa (en steak, en sukiyaki ou en shabu-shabu) et Imoni (ragoût traditionnel à base de taro-imo et de viande, assaisonnée de shōyu).

Dans la ville de Tozawa

Mogami-gawa

La rivière Mogami-gawa est connue au Japon parce qu'elle est citée dans un haiku du célèbre maître Matsuo Bashō. « Samidare wo/atsumete hayashi/Mogamigawa » (La fine pluie d'été/ s'unit aux rapides/la rivière Mogami), où il évoque son souvenir d'une croisière d'été, sur cette rivière au courant rapide. Aujourd'hui encore des bateaux proposent de descendre ces rapides. Vous pourrez profiter des cerisiers en fleur début mai, de la fraîcheur l'été, des couleurs flamboyantes en automne et de la neige en hiver (en hiver, les bateaux sont équipés d'un kotatsu (table munie d'un chauffage)).

Dans la ville de Yamagata

Zaō-no-Juhyō ou les Monstres de Glace de Zaō

Ce groupe d'arbres, couverts de givre, apparait après de violentes tempêtes d'une neige très fine, qui crystallise immédiatement sur les arbres. Les couches de poudreuse s'accumulant, les arbres se transforment en géants de glace. Vous pourrez apprécier ce spectacle unique, de décembre à mars, de jour comme de nuit (illuminations), depuis le téléphérique, à pied, à ski...

Temple Risshaku-ji ou Yama-dera

La montagne rocheuse Hōju-zan est un site sacré pour la pratique ascétique du zen. Depuis le pied de la montagne, comptez une heure de marche pour atteindre le temple Okuno-in et le Daibutsuden. Matsuo Bashō a composé un de ses haiku sur ce chemin (« Shizukesa ya/iwa ni shimiiru/semi no koe », La quiétude puis/les roches pénètrées/du chant des cigales.). La montée des 1015 marches jusqu'au temple Okuno-in est censée vous libérer de vos désirs matériels. Au cours de cette ascension, vous pourrez découvrir : le plus ancien bâtiment en bois de cèdre du Japon (Konponchū-dō), le rocher Midahora qui vous portera bonheur si vous y trouvez la figure de Bouddha dessinée par l'érosion éolienne et la pluie, la porte Niō-mon avec ses gardiens, le Kaizan-dō et le Godai-dō, le rouge Nōkyō-dō sur un affleurement escarpé et enfin le Daibutsuden qui chasse les esprits maléfiques.

Dans la ville de Tsuruoka

Haguro-san

Les monts Haguro-san (alt. 414m), Yudono-san (alt. 1 504m) et Gas-san (alt. 1 984m), surnommés les trois montagnes de Dewa, sont vénérés depuis des centaines d'années. Grimper ces trois sommets est comme une réincarnation, les pélerins priant pour le présent au mont Haguro-san, pour le passé au mont Gas-san et pour le futur au mont Yudono-san. Comptez environ 1h pour parcourir les 1.7km entre la porte Zuishin-mon et le Sanjin-gōsaiden du sanctuaire Dewa Sanzan-jinja. Après le pont rouge Shin-kyō se trouve une pagode à 5 étges datant de 1372 et entourée de cèdres du Japon pluricentenaires surnommés Jiji-sugi (cèdres papis). Si vous parvenez à trouver les 33 figures gravées sur certaines des 2 446 marches qui vous mèneront au sommet, vos souhaits se réaliseront. Aux deux tiers de la montée, la maison de thé Ninosaka Chaya vous propose des rafraîchissements et des gâteaux de pâte de riz appelés Chikara-mochi (jeu de mot entre chikara = force, mochi = pâte de riz et chikaramochi = vigoureux) et offre un vue magnifique sur les plaines de Shōnai. Au sommet, vous trouverez le Sanjin-gōsaiden, où vous pourrez prier les dieux des 3 montagnes de Dewa. La vue depuis le sommet est la plus belle des récompenses.

Yudono-san

Les monts Haguro-san (alt. 414m), Yudono-san (alt. 1 504m) et Gas-san (alt. 1 984m), surnommés les trois montagnes de Dewa, sont vénérés depuis des centaines d'années. Grimper ces trois sommets est comme une réincarnation, les pélerins priant pour le présent au mont Haguro-san, pour le passé au mont Gas-san et pour le futur au mont Yudono-san. Le mont Yudono-san est considéré comme la destination finale du pélerinage. Il est strictement interdit de prendre des photos, de porter des chaussures (il vous faudra marcher pieds nus sur ce sol sacré) et de parler de ce que vous auriez pu entendre ou voir dans l'enceinte du sanctuaire. Vous devrez vous purifier à l'entrée pour pouvoir aller prier devant la roche rouge sacrée de laquelle jaillit une source chaude. Cette montagne, surnommée le mont des Amoureux, serait un lieu favorable pour rencontrer l'âme sœur...

Dans la ville de Shōnai

Gas-san

Les monts Haguro-san (alt. 414m), Yudono-san (alt. 1 504m) et Gas-san (alt. 1 984m), surnommés les trois montagnes de Dewa, sont vénérés depuis des centaines d'années. Grimper ces trois sommets est comme une réincarnation, les pélerins priant pour le présent au mont Haguro-san, pour le passé au mont Gas-san et pour le futur au mont Yudono-san. Le mont Gas-san est le principal sommet des 3 montagnes de Dewa. Il est dédié au dieu de la lune et de la réincarnation, Tsukiyomi-no-Mikoto et est particulièrement apprécié en été lors de la floraison de plantes sauvages rares comme les fritillaires du Kamchatka, Kuro-yuri (Fritillaria camtschatcensis), ou les Oze-kōhone (Nuphar japonicum) et en automne pour les couleurs flamboyantes des arbres. Il est possible d'aller jusqu'à la 8ème station du Gas-san en voiture ou en bus, puis de poursuivre l'ascension à pied (parcours Haguro, environ 3h, dénivelé 500m). Pour atteindre le sommet, il vous faudra traverser les terres marécageuses Midagahara et les pentes escarpées Anja Gaeshi. Vous serez grandement récompensés au sommet, où vous pourrez jouïr d'une sublime vue panoramique, jusqu'à la Mer du Japon. Les photos sont strictement interdites dans l'enceinte du sanctuaire Gassan-jinja. Vous devrez vous faire purifier par le chef du sanctuaire avant de pouvoir pénétrer dans le bâtiment principal et faire un examen rétrospectif de votre vie.

Dans la ville de Yonezawa

Sanctuaire Uesugi-jinja

Ce sanctuaire, dédié à Uesugi Kenshin (1530-1578), un des plus puissants samurai de la période Sengoku (1467-1573), a été bâti sur les ruines de l'ancien château Yonezawa-jō. A l'approche du sanctuaire, sur le pont Maizuru-bashi, vous verrez une paire d'oriflammes sur lesquels sont inscrits des kanji (caractères chinois) : 毘 (bi), pour Bishamonten, dieu de la guerre et des samurai, et 龍 (ryū, dragon), pour représenter Fudō-Myō-Ō, dieu du feu généralement représenté comme un Bouddha assis en colère, portant une épée dans la main droite (pour tuer les démons), une corde dans la main gauche (pour ligoter les démons) et une flamme dans le dos, mais aussi parfois comme un dragon enroulé autour d'une épée. Kenshin utilisait le symbole de Bishamonten sur les champs de bataille et celui de Fudō-Myō-Ō comme signal de charge sur les positions ennemies. Dans le pavillon des trésors, Keishōden, vous pourrez voir des biens culturels classés ayant appartenus au clan Uesugi. S'y trouve également le kabuto (casque) surmonté du kanji 愛 (ai, amour) de Naoe Kanetsugu (1560-1619), un célèbre samurai et érudit. Le sanctuaire se trouve dans le parc Matsugasaki-kōen, populaire pour la floraison de ses cerisiers à partir de mi-avril. Ne manquez pas le festival Yonezawa Uesugi (29 avril-3 mai), au cours duquel des figurants costumés en samurai font une reconstitution de la bataille de Kawanakajima, qui opposa Takeda Shingen et Uesugi Kenshin, deux grands samurai de l'époque Sengoku, en septembre 1561. En février, le festival des lanternes offre un spectacle magique, avec plus de 1 000 lampes et lanternes réparties dans le parc et le sanctuaire.

Dans la ville de Obanazawa

Ginzan Onsen

Retour dans le passé, dans cette ville aux établissements thermaux en bois, alignés le long de la rivière Ginzan-gawa. La rue est particulièrement belle de nuit, avec ses éclairages, rappelant le Voyage de Chihiro de Miyazaki Hayao, ou en hiver, quand elle se couvre de neige. Sur les murs des établissements, vous pourrez voir des bas-reliefs en plâtre, réalisés à la truelle par des plâtriers, et appelés kote-e (dessin à la truelle). Cette pratique a débuté au milieu de l'époque d'Edo. Sur le sol, vous verrez des tuiles représentant des flocons de neige. Bien sûr, l'intérêt principal du site est le bain thermal (onsen). Vous pourrez également déguster quelques spécialités locales : le bœuf et les soba d'Obanazawa. A proximité se trouvent les gorges Senshinkyō et les chutes Shirogane-no-taki.