accueil
présentation
besoin d'un guide
à voir
préparer son voyage
articles
Kyoto news
livre d'or

 

 

 

Thé japonais

types de thé et préparation

Au Japon, le thé est une boisson aussi populaire que le vin en France. Les Japonais le boivent après le repas ou lors d'un moment de détente. Les cinq genres principaux de thé japonais sont le sencha, le matcha, le hojicha, le gyokuro et le genmai-cha.

Le sencha est le thé vert classique et il correspond à 80% de la production du thé japonais.

Le matcha est un thé réduit en poudre. Il contient donc beaucoup de nutriments et est souvent utilisé pour la cérémonie du thé, chanoyu ou sado.

Le hojicha, appelé aussi bancha, est un thé torréfié. Il contient plus de tanins mais moins de caféine que le sencha. On peut en boire juste avant de dormir.

Le gyokuro est le premier cru du thé vert et sa méthode de culture, créée à Uji (préfecture de Kyoto) dans la première moitié du XIXème siècle, demande beaucoup d'efforts. Au printemps, deux semaines avant le bourgeonnement, les arbres sont placés sous des voiles noirs pour réduire de 90% l'exposition aux rayons du soleil. Cette étape permet d'augmenter la douceur et d'atténuer l'amertume du thé. Seules les jeunes pousses ramassées à la main au début du printemps peuvent porter l'appellation de gyokuro. Ces feuilles sont ensuite étuvées et séchées.

Le genmai-cha est un mélange de feuilles de thé et de genmai (riz complet) torréfié. Il a un arôme particulier et facilite la digestion des graisses. Il est recommandé d'en boire en accompagnement des sushi ou des tempura. C'est généralement le thé vert le moins cher et les Japonais, tous âges confondus, en boivent.

Il est crucial de ne pas utiliser d'eau bouillante pour préparer le thé japonais. Excepté pour le genmai-cha, le goût du thé japonais se ternit quand l'eau est trop chaude. Vous pouvez soit utiliser de l'eau à environ 70°C, soit mettre l'eau chaude dans les tasses que vous allez utiliser, pour la refroidir, avant de la transvaser dans la théière.

 

cérémonie du thé (chanoyu ou sado)

Il existe au Japon une cérémonie du thé. Ce rite, pour accueillir son invité avec une tasse de thé matcha, se pratique depuis environ 500 ans. Dans cette cérémonie, l'hôte prépare du thé selon des règles strictes et l'invité aussi adopte un comportement formalisé. Tous ces gestes résultent des pratiques transmises de génération en génération pour réaliser des mouvements souples et naturels. Si vous voulez assister à une cérémonie pendant votre voyage, lisez bien cette page avant de partir au Japon.

Pour parvenir à la maison de thé, les pas japonais sont placés délibérément de façon irrégulière selon un precept zen. En prenant garde à ne pas faire de faux pas, les invités se concentrent spirituellement. Ainsi, on s'approche à pied en contemplant le jardin, qui a pour rôle de nous faire oublier la vie quotidienne et de nous introduire dans le monde spirituel. Pour information, n'oubliez pas de mettre des chaussettes propre et non trouées si vous devez entrer dans une maison japonaise. Il est en effet nécessaire d'enlever ses chaussures en entrant.

Les quatre éléments importants de la cérémonie du thé sont l'harmonie, le respect, la pureté et la tranquillité et ils se résument en un mot japonais wa-kei-sei-jaku. De plus, la philosophie de la cérémonie du thé se résume par " ichigo-ichie ", qui veut dire qu'une rencontre est un moment précieux. Cependant, il ne faut pas trop s'inquiéter des règles car il est primordial que les participants puissent s'amuser à travers le goût du thé, l'ambiance de la pièce et l'hospitalité de l'hôte.

Par délicatesse, il vaut mieux quand même enlever vos bijoux (bagues, montre, bracelet) pour ne pas endommager les ustensiles de la cérémonie. Surtout, profitez de ce moment silencieux. Ecoutez le bruissement de l'eau dans la bouilloire, appelé sho-fu (sho=pin, fu=vent : une comparaison du bruit du bouillonnement avec le bruissement du vent dans les aiguilles de pin) et appréciez cet instant.

Traditionnellement, l'hôte de la cérémonie met des heures pour préparer la pièce avant l'arrivée de ses invités. Il brûle du charbon, chauffe préalablement les tasses, met des fleurs dans un vase, puise de l'eau et nettoie le jardin. Ainsi, il s'applique pour exprimer sa prévenance envers les clients. La pièce est arrangée avec raffinement selon le thème saisonnier ou l'esprit du zen. Vous voyez en général, dans l'alcôve, un kakejiku, rouleau vertical en soie ou en papier portant une peinture ou une calligraphie et des fleurs, exprimant la saison.

Une règle importante quand vous buvez le thé, c'est de ne pas boire du côté de la tasse qui est face à vous lorsque l'hôte vous sert afin de vous montrer sa partie la plus belle. Pour exprimier votre respect envers votre hôte, vous devez trouner la tasse d'environ 180 degrés en deux quarts de tours dans le sens des aiguilles d'une montre. Vous devez également aspirer la dernière goutte de thé afin de signifier que le thé était bon. A la fin, vous tournez à nouveau la tasse mais dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pour que le beau côté de la tasse soit devant vous. Sous la tasse, il y a le cachet du potier qui a fabriqué la tasse. Il doit venir à gauche quand le beau côté de la tasse est en face de vous.

Les Japonais qui aiment approfondir leur appréciation et compréhension des arts traditionnels pratiquent la cérémonie du thé. Les femmes de bonnes familles l'apprennent en particulier pour améliorer leurs attitudes. L'apprentissage de cette cérémonie traditionnelle est un élément important pour certains bons mariages. Les connaisseurs et les amateurs de thé organisent également des réunions avec leur amis pour des occasions spéciales. La cérémonie complète consiste en quatre parties qui prennent au total quatre heures.

À l'origine, le thé fut apporté au Japon de Chine entre le huitième et le neuvième siècle par les moines qui en buvaient comme médicament ou pour rester éveillés durant leur méditation. L'habitude de boire du thé fut ensuite répandue dans les classes supérieures comme la famille impériale, les aristocrates et les savants. Ensuite, le moine zen Yosai ou Eisai, fondateur du temple Kennin-ji à Kyoto, rapporta des grains de théiers et initia les Japonais à la culture des arbres. Plus tard, le maître du thé du XVIème siècle, Sen-no-Rikyu (1522-1591), généralisa le thé dans les classes populaires. Il établit l'importance de la sobriété dans la cérémonie, en anéantissant la conscience de classe.

La cérémonie du thé est un concentré de la culture japonaise après une longue histoire. Elle concerne le jardin japonais, l'architecture de la maison ou de la pièce, la calligraphie, l'arrangement floral, l'encens et le kimono. C'est un art complet.

 

 

 

 

 

©copyright 2014 - www.kotoguidejapon.com

contact - conditions générales d'utilisation