accueil
présentation
besoin d'un guide
à voir
préparer son voyage
articles
Kyoto news
livre d'or

 

 

 

 

Koromogae

Littéralement "changer de vêtements". Il s'agit d'adapter les vêtements et objets à la saison.

A la cour impériale de l'époque Heian, dans l'ancien calendrier, les changements se faisaient le 1er avril pour les vêtements d'été et le 1er octobre pour les vêtements d'hiver. A l'époque Edo, à la période du Bakufu, dans les châteaux, les samourais de la classe dominante (bushi) et les servantes du shogun et des seigneurs féodaux décidaient du changement de vêtements en observant les gens ordinaires. A l'époque Meiji, le gouvernement fixa le changement de tenue le 1er juin pour la tenue d'été et le 1er octobre pour la tenue d'hiver. Cette habitude demeure aujourd'hui. De façon générale, du 1er juin au 30 septembre, ce sont les vêtements d'été et du 1er octobre au 31 mai, les tenues d'hiver.

Concernant les kimono, il existe aussi une règle pour le changement de saison. Selon la saison, le kimono est avec ou sans doublure, l'étoffe utilisée varie (soie, coton -yukata-, lin), ainsi que la couleur et les motifs qui doivent refléter la saison. Après koromogae, les kimono sont décousus pour être lavés. Les pièces d'étoffes empesées sont étendues sur des planches et mises à sécher. Autrefois, toutes les familles le faisaient.

Koromogae concerne également les uniformes des écoliers et lycéens, des chauffeurs de bus et de trains, des policiers, ... ainsi que la maison !

Pour lutter contre la grosse chaleur de l'été, il faut bien aérer pour rafraîchir l'atmosphère.

- les fusuma (portes coulisantes épaisses recouvertes de papier et servant de cloisons) et shoji (portes coulissantes à lattis tendus de papier blanc) sont remplacés par des yoshido (portes coulissantes en treillis de roseau et tiges de roseau tressées).

- des hanagoza, nattes tressées aux couleurs et motifs variés sont installés sur les tatami.

- des fumigateurs pour tuer les moustiques, kayari, sont utilisés. Le pyrèthre (Chrysanthemum cinerariifolium) sert à fabriquer des bâtonnets d'encens à efficacité insecticide. La fumée produite chasse les moustiques.

- des éventails, uchiwa et sensu, sont mis à disposition.

- des sudare, stores à fines lamelles de bambou tressées avec du fil, sont suspendus sous l'avant-toit pour empêcher la chaleur du soleil de rentrer.

- des clochettes, furin, sous lequelles sont fixées une lamelle de papier (tanzaku) qui s'agite avec le vent et les font tinter sont installées devant les portes.

- les zabuton, coussins carrés pour s'asseoir sur les tatami, sont remplacés par des natsuzabuton, en jonc et lin.

- une moustiquaire en coton et lin, kaya, est installée au-dessus des futons la nuit pour se protéger des piqûres de moustiques. Elles sont de moins en moins utilisées.

- les noren, rideaux de coton colorés à l'entrée des maisons, boutiques, restaurants, bains publics, ... sont remplacés par des natsunoren en lin blanc. Son utilisation dans les maisons s'est raréfiée.

- de nos jours, les gens accordent également la couleur et le matériau des rideaux, coussins, nappes, vaisselle, ... aux saisons.

C'est également l'occasion de faire vérifier les climatiseurs et ventilateurs !

 

 

 

 

 

 

©copyright 2014 - www.kotoguidejapon.com

contact - conditions générales d'utilisation